Les enclos paroissiaux des Monts d'Arrée

Merveilles d'art religieux et spécificités du Finistère, les enclos paroissiaux forment des ensembles architecturaux uniques en Europe. Ils sont constitués d'une église, d'un calvaire, d'un cimetière et d'un ossuaire. Un espace sacré délimité par un mur d'enceinte  lui-même ouvert par une arche triomphale.

Construits entre le XVIème et le XVIIème siècle, par des artisans de la région, ils résultent du commerce florissant des toiles de lin et sont généralement situés au centre du bourg ou du village.
L'espace des enclos – dont le caractère sacré est profondément marqué par des rites processionnels – est dévolu à  la Passion de Christ, sa mort et sa résurrection


L'enclos paroissial de Pleyben
Érigé autour de l'Église Saint Germain L'enclos paroissial de Pleyben est le plus méridional des grands enclos bretons.

Merveille typique de l'architecture religieuse de Basse-Bretagne,  il est classé aux monuments historiques. Dès 1846.
Composé d'une église édifiée à l'emplacement d'un ancien sanctuaire, (1564 – 1583), d'un ossuaire du XVIème siècle, d'un calvaire (1555) aux airs d'arc ce triomphe particulièrement imposant et d'une porte triomphale – La Porte de la Mort (1725), il compose l'un des ensembles les plus complets de Bretagne.

L'enclos paroissial de Lannedern
Porte de l'enclos de Lannedern L'enclos paroissial de Lannedern se distingue par la qualité architecturale de ses éléments.
Il a été classé monument historique par arrêté du 2 avril 1951.

L'église porte le nom du Saint éponyme de la paroisse, Edern.
Le porche (1662) de très belle facture, est considéré comme faisant partie des 26 grands porches classiques du diocèse de Quimper et Léon. L'ossuaire, au Sud-Ouest de l'église affiche une harmonieuse façade en grand appareillage de granit. Elle est percée d'une porte de style Renaissance et de quatre baies en plein cintre coiffées de putti, et encadrées de bas-reliefs aux têtes de mort.
Le calvaire du cimetière porte à mi-fût la statue de Saint Edern sur son cerf.

L'enclos paroissial de Commana
Considéré comme l'un des plus beaux de Bretagne, l'enclos paroissial de Commana, achevé au XVIIème siècle, est donc un incontournable.

Situé au cœur de la commune éponyme, il entoure la somptueuse église Saint-Derrien.

Parmi les éléments remarquables qui composent cette église, sa nef à cinq travées, son porche de style Renaissance avec ses colonnes et sa statue de saint Derrien, son clocher perché à une cinquantaine de mètres dans les airs, sa sacristie, sans oublier ses nombreux retables et statues.
L'enclos dispose également d'un ossuaire relativement sobre excepté la présence de quelques gargouilles. On y accède via une porte monumentale sculptée dit "Arc de Triomphe".
Deux calvaires viennent compléter cet ensemble culte. L'un, plus ancien jouxte l'Arc de Triomphe quand l'autre, plus récent, trône dans le cimetière de l'enclos.

À ne pas manquer:    
L'enclos paroissial de Plounéour-Ménez   L'enclos paroissial de Saint-herbot avec ses anciennes statues de
saints en bois polychrome magnifiquement conservées.
 

 

Un enclos paroissial rassemble les éléments suivants :

Le mur d'enceinte: ses ouvertures sont obstruées par une marche empêchant l'entrée du bétail dans le périmètre de l'enclos.
L'arc de triomphe: cette grande porte triomphale est supportée par deux ou quatre piliers. Tous les cortèges (baptêmes, mariages ou enterrements) passent sous son arcade principale.
Le calvaire : situé généralement à l'entrée du porche Sud, il fut longtemps la seule croix du cimetière avant que le XIXème siècle n'en dresse une sur chaque tombe.
Souvent très ouvragé, il est orné de scènes du Nouveau Testament.

L'ossuaire et la chapelle reliquaire :
Aux XVIème et XVIIème siècle l'usage voulait que chacun se fasse inhumer à l'intérieur de l'église. Il faut donc ajouter des ossuaires afin d'y entasser les ossements lorsque la place manquait.
Avec le temps l'ossuaire devient une chapelle reliquaire soit accolée à l'église ou, de plus en plus souvent, formant un bâtiment séparé où – le plus souvent - les crânes, étaient conservés dans des boîtes à reliques
La chapelle reliquaire est parfois un ouvrage très ouvragé doté de fenêtres.

Cimetière et placître : le placître est l'espace cultuel situé autour de l'église à l'intérieur de l'enceinte. Il fut progressivement envahi par les tombes quand les défunts n'ont plus été inhumés dans l'église.